LA MORT DES POÈTES

PROJET PÉDAGOGIQUE – EXPÉRIMENTATION URBAINE


La mort des poètes

avec Philippe Delangle, Alexandre Früh


PROJETS 2015

Inscrites dans les célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale, les créations de l’arme des mots donnent corps aux oeuvres d’Ernst Stadler, Charles Péguy et Wilfrid Owen soldats-poètes du conflit – en investissant différents lieux de Strasbourg (centre historique, presqu’île Malraux, les Halles, esplanade de la gare, place Kléber, place de la République, Palais universitaire).

L'arme-des-mots-2-1


Temps mort (Installation)

Le long des quais de l’ill

Cent ans après le début de la Grande Guerre, donner à voir les vers de Péguy, Stadler et Owen dans un autre contexte de lecture permettant de réactualiser leur force poétique. Le texte intégral de ces poèmes est ainsi mis en scène le long des deux quais de l’Ill, du tribunal aux Halles.

Camille Drai, Estelle Bizet, Quentin Le Roux, Zoé Quentel


La guerre est déclamée 

Palais Universitaire

Comment faire revivre les textes et la beauté de Péguy, Owen ou Stadler sans tomber dans l’évocation évidente de la guerre ? Slameurs, chanteurs, danseurs, acteurs, musiciens infiltrent de réelles scènes ouvertes à Strasbourg, mais aussi des lieux poétiques et évocateurs (imprimeries désaffectées, parkings, cratères, etc.). Une restitution générale sera donnée dans l’aula du Palais universitaire.

Nicolas Bailleul, Paul Cabanes, Andréa Baglione, Djo Bolankoko


La marche des monuments (Performance le 11 avril 14h)

De la place de la gare à la place de la République

Les monuments aux morts figent la mémoire et provoquent le désintérêt des nouvelles générations. Donnons-leur vie! Laissons-les s’exprimer! Treize monuments aux morts « vivants », réunis pour l’événement, paraderont dans l’espace public pour clamer des poèmes d’Owen, Péguy et Stadler. Ils perdront alors leur caractère solennel et commémoreront l’histoire de manière vivante et populaire.

Eva Lambert, Maria Pinheiro


Étrange rencontre (Installation)

Place de la Gare

Une ré-interprétation de deux tranchées ennemies. Un face à face visuel entre deux personnes par le biais de périscopes – qui permettait aux soldats d’observer l’ennemi à l’horizon sans être à découvert – installés au centre de la structure et donnant à lire les vers de Wilfred Owen (Étrange rencontre, 1918).

Ikhyeon Park, Florian Cornu, Laure Cohen


Les chéris de la gloire (Performance)

À partir d’une lecture de lettre du poète et soldat Wilfried Owen à sa mère, des performeurs activent des machines sur lesquelles défilent des cordes, métaphores de lignes de vie. Ces machines sont composées d’éléments de récupération pour symboliser la survivance en temps de guerre. La performance sera donnée en trois temps dans trois lieux différents : terrasse du Palais Rohan, Pont du Marché et rue des Dominicains.

Clémentine Lataillade, Lucie Cardinal, Rana Fadavi, Mathilde Andres


PROJETS 2016


pressentiments-flyer